LE LIN Bio, habitat biologique, tout savoir sur l'habitat bio dans le monde
BIOLOGIQUE.INFO, le site des produits bio, des produits biologiques
Le site bio de l'équipement de la maison bio


BIOLOGIQUE.INFO, le site des produits bio, des produits biologiques
Equipement de la maison :

LE LIN

Inscription à notre
News Letter GRATUITE
LE LIN

 

 

LE LIN

 

 

ACCUEIL



FORUM



RECHERCHER

 

 

 

 

Le lin, résolument moderne !

La plus vieille plante textile du monde revient à la mode, et c'est tant mieux ! Beau, résistant, isolant, le lin est une plante écologique, peu gourmande en produits phytosanitaires, et ne produisant aucun déchet... Dans la maison, elle trouve sa place pour de multiples utilisations. Adoptez-la sans modération !

Qui dirait que cette petite fleur bleue, violette ou blanche, qui se balance délicatement au bout d'une longue tige, des Flandres à la Normandie, produit la fibre naturelle la plus résistante et la plus solide qui soit ?
Le lin est une culture capricieuse. "Il faut être joueur avec la nature !" commente Dominique Dubois, directeur du CIPA Lin (comité interprofessionnel de la production agricole du lin), "On peut gagner sa vie avec, tout comme en dix minutes, tout peut être par terre !"
Le lin a besoin d'humidité, de soleil et de vent. Un peu d'eau de temps en temps, mais pas trop pour que la fibre ne devienne pas cassante... Semé fin mars, il fleurit vers la mi-juin, de jolies corolles qui s'épanouiront aux heures les plus chaudes de la journée. Des orages à cette période-là peuvent être catastrophiques.
Vers la mi-juillet, par temps sec, on procède à l'arrachage, et on couche les touffes sur le champ en vastes rubans. Démarre alors une phase importante de la culture du lin : le rouissage. La pluie, le vent et le soleil, combinés aux champignons et bactéries qui apparaissent, contribuent à la dégradation des tiges, et favoriseront l'extraction des fibres. Le rouissage dure de trois semaines à deux mois, selon les conditions météorologiques. Il faut retourner les "nappes" à mi temps pour obtenir un lin unicolore. Puis elles sont enroulées en énormes boules de 250 kg afin d'être transportées et stockées.

Teilleurs, de père en fils

L'arrachage, le retournage et le ramassage se font avec des machines spécifiques, qui appartiennent souvent aux teilleurs, ceux qui vont transformer le lin et en extraire tous ses composants.
Eric Vandenbulcke est teilleur près de Cassel, dans les Flandres. Il aide son père dans la SA créée par son grand-père. Ils ont passé contrat avec 95 cultivateurs, auxquels ils vendent les semences. Ils les assistent dans la culture, et supervisent l'arrachage et le retournage. "Pour le ramassage, on fait faire le travail par des agriculteurs qui ont leur propres presses à paille, et les équipent spécialement pour le lin".
Les 800 hectares cultivés par leurs clients fournissent aux quinze teilleurs de l'entreprise du travail pour toute l'année. La dernière récolte a été bonne : 7200kg/ha, soit 5760 tonnes de lin."On teille par lots complets, pour qu'il y ait homogénéité" explique Eric Vandenbulcke. Chaque parcelle donne un lin aux qualités différentes. La boule est déroulée, la nappe avance dans la machine, et une sorte de peigne décapsule les graines et les envoie dans un éclateur. La paille est broyée entre deux rouleaux dentés, qui permettent de séparer la filasse (fibres) des anas (brisures de bois ). La filasse est ensuite teillée, c'est à dire nettoyée complètement avec un système de rotors et de couteaux. Les anas restant, et les fibres courtes (étouppe) sont aspirés, la filasse sort en bout de chaîne telle qu'elle sera livrée aux filatures. Ramassée par poignées par les teilleurs, elle est séparée entre le lin homogène et le déclassé (paquets malpropres, mal rouis, etc...), et stockée par balles de 100 kg, jusqu'à la visite des négociants.
Le cultivateur est payé en fonction des quantités et qualités de produits que le teilleur aura tirées de son lin. D'une année sur l'autre, cela peut varier du simple au quadruple ! "Je n'ai jamais vu un lot semblable à un autre " commente Dominique Dubois, "c'est une matière vivante et passionnante, je me remets en question chaque année !".
La parcelle, les amendements apportés, la météo jouent sur la qualité du lin. Il peut varier du gris au doré, sera plus ou moins brillant, plus ou moins résistant, plus ou moins fin. Pour le tester, on tend une mèche entre ses deux mains et on la brise d'un coup sec. La façon dont elle se casse, la résistance ressentie, le bruit entendu, et la division des brins en fils plus ou moins fins permettent de tester sa qualité et de le classifier suivant de multiples critères.


Le lin revient à la mode

D'abord parce que c'est une matière belle et noble. Anallergique, antibactérien, il permet de réguler la température du corps qui le porte. Extraordinairement résistant, il devient de plus en plus beau au fur et à mesure des lavages.
Sa culture est dans l'air du temps : elle requiert dix fois moins de produits phytosanitaires que celle du coton. Si l'on ne peut pas resemer du lin sur une même parcelle avant sept ans, y planter des céréales à la suite est une très bonne affaire : les rendements augmentent de 10 à 20 %. C'est donc une plante idéale pour la rotation des cultures chère à l'agriculture biologique.
On lui trouve enfin de nouvelles utilisations, par exemple dans l'isolation des constructions, ou bientôt comme combustible sous forme de bûches agglomérées avec de la paraffine. Et puis ses graines sont bourrées d'Oméga 3, bonnes graisses qui permettent de lutter contre l'excès de cholestérol. Elles peuvent être consommées telles quelles (en bio principalement) mais servent aussi à nourrir les animaux dont les produits dérivés sont valorisés avec le label "Blanc bleu coeur".
Autant d'atouts qui font donc de la plus vieille fibre textile du monde une plante résolument moderne !

Véronique Bourfe-Rivière

article basé sur celui
paru dans Village Magazine
n°62 de mai-juin 2003

Contact :
CIPA Lin, 133, rue de Warneton, Quesnoy-sur-Deûle, 59557 Comines cedex. Tel 03.20.78.92.49
SA Vandenbulcke, 546 route de Wemaers-Cappel, 59491 Hardifort.
Tel 03.28.42.43.44

 

 

Derniers dossiers mis en ligne sur l'habitat bio, habitation biologique

 

 

LE LINi

 

 

 

 

SITE REFERENCE SUR

Antenne des Médecines Douces

 

Annuaires | Alimentation | Environnement | Maison | Loisirs | Livres | Société | Santé | Forum | Plan | Contact | Accueil |
Copyright © 2003 -